La position de la présidence sur l'affaire des caricatures du Prophète
Vendredi, 06 Avril 2012 21:30

adnene-manserJaber Majeri  et Ghazi Béji sont deux jeunes diplômés au chômage de la ville côtière de Mahdia, dans le Sahel tunisien. Ils ont publié des caricatures sur Facebook portant atteinte au Prophète de l’Islam. Le 28 mars, les deux hommes ont été jugés et condamnés chacun à 7 ans et demi de prison ferme, et à payer une amende de 1200 dinars pour « atteinte à la morale, diffamation et trouble à l'ordre public».

Jaber Mejri est actuellement emprisonné. Tandis que Ghazi béji a pris la fuite avant d’être arrêté. Il a d’abord gagné l’Algérie, avant de se réfugier en Europe
Sur cette affaire, le porte-parole officiel de la présidence de la République Tunisienne, M. Adnene Manser souligne, dans un entretien accordé à Associated Press : «Attaquer les symboles sacrés de l’Islam ne peut être considéré comme relevant de la liberté d’expression. Nous sommes un pays musulman, et à cet égard, nous sommes contre ceux qui insultent les religions. Il s’agit d’une forme d’extrémisme, qui provoque des réactions extrêmes que nous devons éviter en cette période délicate».

Moez E.K
 

La position de la présidence sur l'affaire des caricatures du Prophète
 

Newsletter

Anti-spam: Combien font 2+1?
Nom:
Email: