Vidéo contre le niqab : Le pire cauchemar des salafistes
Vendredi, 20 Avril 2012 16:37

vidéo niqab egalité paritéL’association «Egalité et Parité» lance une campagne contre le niqab. Une vidéo virale chic et choc a été réalisée et mise en ligne dans ce cadre, «pour lutter contre la faible représentation des femmes dans les instances de prises de décision, politiques, sociales, économiques et culturelles». Objectif affiché : devenir le pire cauchemar des salafistes.

Egalité et Parité est une association tunisienne légalement reconnue, et qui a reçu son récépissé le 12 avril 2011. Elle s’appuie également sur les réseaux sociaux, avec un groupe Facebook qui compte déjà plus de 3600 membres www.facebook.com/egaliteparite.

Le groupe s’est constitué autour d’un noyau dur qui s’est mobilisé pour soutenir la promulgation de la loi sur la parité totale.  Egalité et Parité compte multiplier les campagnes de lobbying  pour défendre la cause des femmes tunisiennes, dont les acquis sont menacés par les avancées de l’extrémisme religieux. C’est dans ce contexte, donc, que s’inscrit la diffusion de cette vidéo, réalisée pour sensibiliser la population au «niqab effect».

L’objectif ultime étant «l’éradication totale de tout ce qui relève de la discrimination; l’égalité totale des droits entre les femmes et les hommes sans aucune réserve dans les textes et la pratique; l’adhésion de la Tunisie à toutes les Conventions Internationales en faveur des droits humains et en particulier la levée des réserves sur la Convention pour l’Elimination de toutes les discriminations à l’égard des femmes (CEDAW)».

Le combat sera donc mené sur le terrain médiatique, avec des vidéos virales qui promettent de faire des dégâts dans les rangs des plus bornés. Des autocollants en forme de niqab envahiront les espaces publics, telles les cabines d’essayage, les boîtes de nuit, les salons de thé.

L’association «Egalité et Parité» défend ainsi ouvertement «la liberté de croyance, d’expression, de création et de pensée» et s’érige contre «les peines de prison pour avoir publié une photo, ou pour avoir écrit un texte». Il s’agit donc d’une condamnation claire et sans appel des jugements récents qui ont frappé le directeur du journal «Attounsia», à l’heure où le procès de la chaîne Nessma continue de défrayer la chronique.

Le groupe compte ainsi raviver la mémoire de penseurs tunisiens de la stature de Tahar Haddad, quand des groupuscules prétendent injurier nos femmes en se basant sur des notions étrangères à notre société, telle l’excision et le niqab, défendus par des cheikhs wahhabites importés.

Soufia Ben Achour

Vidéo contre le niqab : Le pire cauchemar des salafistes
 

Newsletter

Anti-spam: Combien font 2+1?
Nom:
Email: