Néjiba Hamrouni rappelle à l’ordre Moez Ben Gharbia
Mercredi, 15 Janvier 2014 10:30

Lotfi Abdelli a raillé Tarek Kahlaoui, directeur de l'Institut Tunisien des études stratégiques, et le journaliste Mokdad Mejri de la chaîne Al Moutawasset, jusqu’à les pousser vers la sortie, devant le rire d’un animateur qui semblait plus encourager le trublion que le recadrer. Mais l'affaire n'en est pas restée là.

********

Une fois n’est pas coutume, même les sympathisants d’Ennahdha ont partagé, commenté, le statut Facebook de Néjiba Hamrouni, la présidente du Syndicat National des Journalistes Tunisiens (SNJT). C’est que Mme Hamrouni n’a pas été tendre envers la prestation du comique Lotfi Abdelli, qui a paru se déchaîner, lors de l’émission «Atassiaa Massaan» diffusé dans la soirée du mardi 14 janvier.

L’humoriste a en effet copieusement raillé Tarek Kahlaoui, directeur de l'Institut Tunisien des études stratégiques, et le journaliste Mokdad Mejri de la chaîne Al Moutawasset, jusqu’à les pousser vers la sortie, devant le rire d’un animateur qui semblait plus encourager le trublion que le recadrer.

Sans nommer ni les ni les autres, Mme Hamrouni a ainsi affirmé sur son compte Facebook :

«Quand l’invité d’une émission télévisée  se transforme en enfant gâté et sème l’anarchie, ne faisant pas la différence entre une scène de théâtre et un plateau de télévision, et quand le journaliste se contente de lui dire, d’un air rigolard, et encourageant, d’arrêter, avant de bénir les dépassements à la déontologie de la profession… A ce stade, on se rend compte que les dégâts qui ont atteint le secteur de l’information sont plus importants que toutes les tentatives de réforme».

Revenant sur le sujet sur les ondes de Mosaique FM, dans la matinée de ce mercredi 15 janvier, Nejiba Hamrouni a déclaré que ce qui s’est passé lors de cette émission est «une atteinte à la déontologie journalistique», soulignant que ses critiques visent particulièrement Moez Ben Gharbia.

Parce qu’après tout, Lotfi Abdelli, n’a jamais prétendu être un professionnel de l’information, se contentant de remplir son rôle d’humoriste. Il n’en est pas de même pour Moez Ben Gharbia, censé maîtriser son sujet, ou, du moins, savoir distribuer le temps de parole à ses invités, et maintenir un minimum de «formes» et de cohérence sur son plateau télé. Or l’animateur, qui a avalé sans broncher la sèche remontrance d’un Caid Essebsi lui intimant de se taire, n’est pas connu pour ses sympathies pour les partis de la Troika. Le voici donc rappelé à l’ordre par Néjiba Hamrouni, qui a souligné «qu’il ne faudrait pas utiliser les médias pour insulter le président de la République», précisant qu’une lettre sera envoyée en ce sens à Moez Ben Gharbia.

Moez E.K

Lire aussi : A quoi jouent Ben Gharbia et Caïd Essebsi ?

Néjiba Hamrouni rappelle à l’ordre Moez Ben Gharbia