«Mémoire noire» : Zoom sur la torture sous Bourguiba
Jeudi, 09 Janvier 2014 09:04

Le film documentaire «La mémoire noire, témoignages contre l'oubli» de Hichem Ben Ammar sera projetée, ce jeudi  9 janvier à 10h, à l'Institut du Mouvement National, au campus universitaire de la Manouba. Cette projection s'inscrit dans le cadre de la journée d'étude organisée par l'Institut sous le thème «Le mouvement Perspectives et les syndicats estudiantins et ouvriers dans les années 60-70».

La manifestation en question est organisée à l'occasion du 50ème anniversaire de la publication du premier numéro de la revue «Perspectives» lancée par le premier mouvement d'étudiants opposants de gauche, en 1963.

Parce qu’après la répression des Youssefistes, Bourguiba s’est en effet acharné contre le mouvement de gauche. Des arrestations aussi massives que spectaculaires suivies de retentissants procès politiques ont eu pour but de décimer le groupe d’opposition.

La torture était un moyen d’extorquer des informations mais aussi une manière de briser la résistance en terrorisant les militants issus pour la plupart du milieu étudiant. Quatre personnalités se souviennent de cette terrible période et évoquent les épreuves qui les ont marquées à vie. Ces bilans personnels sont autant de réflexions où la relation complexe du politique et de l’humain trouve un écho universel. Cette série de poignants témoignages, constitue le premier volet d'une investigation sur l'histoire de la torture en Tunisie.


Hechmi Troudi, journaliste, ex-prisonnier politique sous Bourguiba

Le documentaire se focalisera sur quatre personnalités de la gauche tunisienne emprisonnées durant des années et victimes de la torture boruguibiste. Il s’agit de Simone Lellouche, veuve d’Ahmed Othmani, l’un des principaux leaders du mouvement «Perspectives» dès 1964. Mais aussi de Hechmi Troudi, actuellement journaliste au «Maghreb», emprisonné de 1968 à 1970 et de 1973 à 1979. Ezzedine Hazgui, éditeur qui s’est distingué en se présentant contre Ben Ali aux élections de 1989,  également écroué, de 1968 à 1970 et de 1973 à 1979 présentera son témoignage de cette période où les tortionnaires atteindront des sommets dans l’abjection. Et enfin Fethi Ben Haj Yahia, emprisonné de 1975 à 1980, et auteur du livre-témoignage «El Habs kadheb wa el hay yrawwah» (La gamelle et le couffin).

La projection sera suivie d'un débat en présence du réalisateur. Produit par «5/5 Productions» (Tunisie) avec le concours du Mémorial de l'ancienne prison de la STASI à Berlin et le soutien du ministère allemand des affaires étrangères.

Soufia B.A

«Mémoire noire» : Zoom sur la torture sous Bourguiba
 

Newsletter

Anti-spam: Combien font 2+1?
Nom:
Email: